Le blog qui parle des technologies de demain...DF.I

L’ATG ? Kezaco …

Nous connaissons tous le principe de la délégation de personnel en Assistance Technique Unitaire (ATU) consistant à placer en clientèle un consultant répondant à un besoin exprimé. C’est une sollicitation précise, limitée dans le temps, avec un intervenant identifié et dans le cadre d’un engagement limité.

L’Assistance Technique Groupée ou Globalisée (ATG) est un moyen de délivrer un service en regroupant sous une même forme contractuelle, un ensemble de contrats et services qui sont ou auraient pu être traités unitairement.

Est-ce seulement cela ? L’ATG n’est-elle qu’une somme d’ATU ?
Creusons un peu, D.FI a surement plus que ça à proposer !

Vue uniquement avec le prisme Achat, l’idée est séduisante. Permettre à un fournisseur de service la possibilité de regrouper un ensemble de prestations unitaires sous une seule et même « tête », il en découle nécessairement pour le client une optimisation des coûts d’achats et des facilités de gestion administrative.

Mais s’arrêter à ce stade serait dommage… Les souscripteurs opérationnels (DSI, Responsable Infra, Etudes, …) d’un modèle ATG s’attendent certainement à une création de valeur supplémentaire par rapport à leur existant. Et si on leur proposait en plus :

  • De la fluidité dans leur modèle de gouvernance et de pilotage des prestations unitaires. Son interlocuteur principal est un Responsable Opérationnel de Compte qui, au travers de comités opérationnels et de pilotages, gère l’ensemble des prestations regroupées. Un interlocuteur unique et ainsi du temps dégagé pour se consacrer à d’autres activités.
  • Une continuité de service assurée. Des congés, une formation, un consultant malade ? Le modèle ATG est spécifiquement prévu pour qu’aucune partie du périmètre couvert par le contrat ne soit laissée vacante. Des ressources « backup » sont prévues et prêtes à prendre la relève.
  • Une amélioration de sa propre offre de service envers ses clients internes ou externes. Libéré d’un certain nombre de contraintes, il se concentre sur d’autres activités principales, accroit sa réactivité et améliore son offre.
  • Une flexibilité dans l’affectation des effectifs. La charge d’un périmètre confié peut varier au fur et à mesure du temps et nécessiter ainsi plus ou moins de personnes pour délivrer les prestations définies dans le cadre du contrat. Le modèle ATG facilite l’ajout ou le retrait de ressources au moyen de mécanismes contractuels définis à l’avance.
  • Une couverture horaire ou d’astreintes plus étendue. Le modèle ATG peut permettre une extension et une meilleure couverture horaire notamment par la prise en compte d’astreintes multi-compétences.
  • Une meilleure gestion de connaissances. La finalisation documentaire de l’environnement dans lequel se déroule l’ATG est une étape essentielle. Elle sécurise le savoir-faire et l’expertise des intervenants, qu’ils soient internes ou externes. Dans ce type de contrat, la volonté est de maintenir l’expertise en interne et de coordonner les travaux des équipes opérationnelles.
  • Un modèle contractuel normé. Contrat ATG dédié, Plan d’Assurance Qualité (PAQ), Convention de Service (CS), Plan de Réversibilité et CR de comités régissent le fonctionnement du contrat pendant toute sa durée de vie.
  • Une réduction de ses coûts. Le modèle ATG contribue à l’effort global de réduction de coûts auquel aucune DSI n’échappe aujourd’hui.

Tout ça c’est pas mal… Et l’étape d’après ?

On peut effectivement aller encore plus loin et continuer à faire évoluer le modèle vers la notion de Centre De Service (CDS). On quittera alors le principe de facturation en jour-homme, pour aller vers de la prestation en unité d’œuvre, mettre en place des engagements de résultats et pas simplement de moyens, assurer du support N1, N2 en 24/7, etc…

Nos entités Assistance Technique et Service Managés travaillent alors de concert pour ce type de contrat.

Allez promis, je vous le détaillerai dans un prochain billet.

Laisser un commentaire

Consulter la charte de modération